CODIRPA, Ou comment gérer l'accident nucléaire en France Imprimer
Écrit par Transitio   
Dimanche, 16 Décembre 2012 17:26

Il est bien loin le temps béni ou la sainte église électro-nucléaire française nous garantissait l’absolue sécurité de sa miraculeuse énergie. A présent, la probabilité d’un accident nucléaire est admise (du moins par les défenseurs de cette merveilleuse énergie). Elle est non seulement admise, mais les gardiens du temple prépare même l’évènement.


Vous pouvez donc dormir en paix braves gens car tout est prévu en France, y compris le fatal accident nucléaire…


J’avais publié cet article le 7 mai 2011 sur le site de la Commission énergie des Verts, mais je crois utile de le publier à nouveau sur Transitio, afin de rassurer ses lecteurs égarés.

 

La directive interministérielle du 7 avril 2005 sur l'action des pouvoirs publics en cas d'évènement entraînant une situation d'urgence radiologique, a chargé l'ASN, en relation avec les départements ministériels concernés, d'établir le cadre et de définir, préparer et mettre en œuvre les dispositions nécessaires pour répondre aux situations post-accidentelles d'un accident nucléaire ou d'une situation d'urgence radiologique.

Nous avions gardé en mémoire l’article de 2008 de Bella Belbéoch sur cette page du site Netoyens.info, que nous reproduisons ci-dessous :

"La possibilité d’un accident nucléaire grave en France dont près de 80% de l’électricité est produite par 58 réacteurs à eau pressurisée (PWR) n’est pas une lubie des antinucléaires, les officiels l’admettent depuis longtemps même si ce n’est guère répercuté par les médias. Des scénarios de gestion existent depuis quelques années pour la phase d’urgence (confinement, prise d’iode stable, évacuation) avec constitution de stocks d’iode stable et exercices de crise dans les localités proches des réacteurs. Ce qui est nouveau c’est la mise en œuvre de l’élaboration concrète, pour des territoires dont le sol serait durablement contaminé après la fin des rejets radioactifs, d’une stratégie de gestion post-accidentelle y compris à long terme. Il est nouveau d’envisager en France que si la contamination d’une zone est importante elle peut nécessiter le relogement temporaire, voire définitif, des habitants.

On a désormais des informations sur l’avancement de ce programme de gestion post-accidentelle, dit CODIRPA, et l’esquisse de la doctrine qui le sous-tend.
"

Nous vous conseillons de lire son document « pdf » très bien documenté : Opération CODIRPA (Comité directeur pour la gestion de la phase post-accidentelle d’une situation d’urgence radiologique) [pdf]

A noter que le site de l’Autorité de Sureté Nucléaire a mis à jour la page de son site traitant de la mission du CODIRPA le 26 avril dernier.

Peut-être s’agissait-il d’une délicate attention en mémoire des victimes de Tchernobyl ?

Vous trouverez d'autres infos sur le même sujet par ce lien : http://www.dissident-media.org/infonucleaire/codirpa.html

 

Et surtout n'oubliez pas de télécharger le document publié par l'IRSN (sauvegardé sur Transitio) qui vous sera bien utile en cas d'accident nucléaire :

C'est joli comme une brochure de lobbyiste, ce document IRSN...

 

Et comme Transitio se soucie de vous, voici également cet indispensable site de notre bienveillant gouvernement, sur lequel vous aurez les informations nécessaires pour vous procurer des pastilles d'iode et d'autres renseignements indispensables...




Le sujet vous a interessé ? Alors vous pouvez également lire ce document de l'ASN publié en 2008 : CONTROLE_180.pdf

 

P.S. : Je vous conseille la lecture de cet excellent article de Bernard Laponche sur le site des Echos :"Sécurité nucléaire : jusqu'à maintenant le facteur chance a été favorable"


Mise à jour le Dimanche, 16 Décembre 2012 18:38